Review by Ludiacs – Alubari

Game Info

Name: Alubari

Game Design: Tony Boydell

Publisher: Studio H, Gen-X Games

4 players, from 12 years

45-120 minutes

50€

Introduction

Parfois nous sommes forts attirés par des boites pour leur thème, leur auteur ou illustrateur, on s’en fait tout un monde et pouuuf le soufflet redescend quand on y a joué. A contrario, il arrive aussi que l’on soit rebuté par un jeu et qu’il se transforme en une agréable surprise après la découverte. C’est découvrir les jeux sous cet angle avant/après qui m’a poussé à créer les reviews Ludiacs pour partager avec vous mes impressions et ressentis d’une manière différente d’un article classique. D’ailleurs vous retrouverez à chaque fois un.e autre reviewer.euse pour m’accompagner afin de vous donner un spectre plus large que ma propre opinion !

 

A.K.A. madame j’aime quand c’est fun et fourbe !

A.K.A. monsieur j’adore les gros jeux !

Avant
La première fois que mon regard a croisé la box d’Alubari, j’ai d’emblée su qu’il fallait que j’y joue. Sa box magnifique aux allures luxueuses avec ses lettres dorées qui contrastent sur ce vert profond, son thème original et son gameplay entre contrats et pose d’ouvriers : il est pour moi ! En plus de ça il descend tout droit de Snowdonia un jeu dont j’ai entendu beaucoup de bien auparavant. Alors que demande le peuple ? Sur le papier il semble parfait, il a en tout cas tout pour me plaire !

Avant
Si Alubari m’a d’emblée attiré, c’est qu’il promettait un traitement expert d’un thème auquel je suis particulièrement sensible, que Ceylan utilisait simultanément de façon plus familiale mais très satisfaisante, et Chai avec un peu trop de légèreté à mon goût. Ne connaissant les Snowdonia que de réputation, je savais quand même que j’allais me confronter à un eurogame plus orienté trains que thé, bien plus abstrait et froid que les deux précédents. La réputation de l’éditeur ne pouvait aider, puisqu’Alubari était avec Oriflamme le premier jeu de Studio H. En somme, je ne me lançais pas vers Alubari à toute vitesse, mais j’étais très loin de faire marche arrière !

Après
J’ai conscience que j’avais mis la barre haute pour Alubari et que le soufflet peut vite redescendre lorsqu’on se base uniquement sur des rumeurs, l’esthétique ou les ouï-dire. Mais je dois avouer que ce dernier est loin d’avoir failli à ses promesses : en plus d’être beau le gameplay est vraiment fin et intéressant. Mais commençons par le commencement : quel genre de jeu est Alubari. ?

Alubari est un jeu de pose d’ouvriers et de contrats dont le thème est bien sur le thé ou plutôt le développement de l’industrie du thé dans la ville de Darjeeling, une municipalité de l’Etat indien du Bengale occidental sur les versants du petit Himalaya. L’accent est également mis sur la création du chemin de fer Himalayen de Darjeeling et sur la manière dont cela a affecté la croissance de l’industrie du thé dans cette région. Dans le jeu, les joueurs essaient de cultiver et de récolter leurs propres plantations de thé au mieux de leurs capacités tout en aidant à la construction du chemin de fer depuis Siliguri à Darjeeling. Sous ce thème charmant se cache un jeu de placement d’ouvrier plutôt inhabituel. En effet vous ne disposez que de 2 meeples pour un éventail de 7 actions différentes possibles à chaque tour. Il faudra alors aimer faire chauffer ses neurones pour optimiser ses tours et faire les bons choix en temps et en heure car un mauvais timing pourrait bien vous détruire la partie. Mais cela a également du bon puisque la fluidité sera optimale ! Le but sera de s’affronter pour être le plus grand contributeur au projet de construction du chemin de fer. Le jeu se termine dès que le dernier morceau de rail a été placé, ou lorsqu’il s’agit d’une partie à 2 joueurs, dès que quelqu’un place son dernier marqueur de propriété.

Les actions disponibles visent à donner aux joueurs les ressources et les outils nécessaires pour aider à la construction du chemin de fer. Mais il y aura une féroce concurrence puisque les meeples disponibles sont peu nombreux et lors de certains tours, il n’y aura que peu d’actions particulièrement utiles. Et c’est là qu’Alubari excelle vraiment, car l’équilibre entre la planification stratégique et les manœuvres tactiques est sublime. Tous les joueurs doivent prendre en compte non seulement leurs propres objectifs et les objectifs de leurs concurrents, mais également l’aspect météorologique qui affecte toutes les actions les plus cruciales. Et étant donné que les joueurs connaissent la météo du prochain tour, ils doivent s’adapter à ces changements continus afin de repousser leurs adversaires. La météo est un élément intéressant car il permet plus d’immersion dans le jeu : elle maintient notre attention et ajoute une touche de réalité qui nous plonge encore plus dans l’expérience.

Après
À première vue, Alubari avait de quoi confirmer mes appréhensions : derrière une couverture sobre et élégante, le plateau est si joliment éthéré que l’on remarque à peine ce qu’il est supposé représenter, sinon des routes entre des stations entourées de cubes, de cases et de symboles, tandis que quatre types de cartes adoptent exactement le même format, ce qui ne facilite pas leur distinction spontanée. Même les cartes Locomotive sont qualifiées d’« équipements », dans un refus manifeste de la thématisation !

Difficile cependant de ne pas être sensible à la taille dudit plateau, assez « vivant » dans son désir d’être relativement aéré et dans son amusement avec les sinuosités des chemins de fer. En outre, les jetons Météo, le pion Locomotive et les jetons Thé sont eux thématisés, donnant l’impression que l’on a essayé d’enjoliver une base à la sobriété assez rebutante pour rassurer les joueurs comme moi, qui ont besoin de se raccrocher à quelque chose pour croire à ce qu’ils font.

Mécaniquement, Alubari roule aussi entre deux rails. En bon eurogame, il n’hésite notamment pas à nous confronter dès le premier tour à 8 emplacements différents où poser nos ouvriers, forçant à tâtonner beaucoup avant de percevoir des actions plus judicieuses que d’autres, après quoi on résout ces lieux l’un après l’autre.

A contrario, il dévoile assez vite sa fluidité derrière une façade désespérément rigide. La limite initiale de deux ouvriers par joueur réduit la durée des tours, les actions se résolvent vite, des contrats viennent orienter nos choix… Surtout, il autorise une latitude inattendue : contre du Chai, on peut disposer de plus d’ouvriers ; les locomotives améliorent pour le joueur qui les acquiert l’une des actions de base ; la Météo, prévue deux tours à l’avance, en rend certaines plus ou moins désirables ; et une roue d’événements qu’on ne peut anticiper que dans une petite mesure, est un outil de design absolument passionnant pour générer de la tension, accélérer le cours de la partie et punir l’attentisme.

Conclusion
Verdict ? J’aime ! C’est aussi simple que ça. Thème, qualité de la production et gameplay, tout ce qui attrait au jeu me plaît d’une manière ou d’une autre. Et même si j’ai du mal à sortir Alubari avec mon cercle de joueurs, je suis d’autant plus contente quand j’arrive à y jouer et de préférence accompagné d’une bonne tasse de thé Darjeeling !

Conclusion
Alubari est un jeu qui se mérite, peut-être un peu plus que de raison. Mais une fois sa froideur dépassée, j’ai pu admirer une élégance que je n’espérais franchement plus, une vitalité du système mécanique extrêmement fine, un grand cru que je tente régulièrement de faire savourer à mes invités malgré la minéralité âpre des premières gorgées.  

Conclusion

Malgré nos goûts divergents habituellement, Alubari est un jeu qui a su nous rassembler. Son esthétique et ses mécanismes classisques avec une touche de finesse et de subtilité ont fini de nous convaincre qu’il était un de ces jeux à posséder. Réservé à un public expert, Alubari est un jeu exigeant mais pas inaccessible. Alors si le thé est un thème qui vous attire et que les jeux complexes n’ont pas de secrets pour vous : foncez il saura vous ravir !

 

Ne manquez pas mon actualité grâce à Facebook et découvrez des posts exclusifs sur Instagram !

Pour ne rien manquer de l'actu ludique inscris toi à la newsletter !

Merci de ta participation !