Ludigang #06 – Octobre 2020

Quel jeu t’as valu le plus de dispute ou même de perdre une amitié ?

Clique sur la personne de ton choix et découvre sa participation

visuel ludigang French ludigurl
visuel ludigang French Servane
visuel ludigang French marie
visuel ludigang French yo
visuel ludigang French Rudy
visuel ludigang French Rudy
visuel ludigang French yo

Ludigurl

NAGARAJA

Des jeux qui nous ont valu des disputes, des rancoeurs, des amitiés sur le point d’être brisées ou des drames familiaux il y en a beaucoup surtout quand il y a conquête de territoires comme dernièrement Joraku de Nuts publishing ou qu’on se dirige vers des jeux semi coopératifs comme Galérapagos de Gigamic . Dans ces deux cas, les alliances ne sont pas rares et les trahisons non plus … de quoi chambouler une soirée et en faire des moments mémorables !

Mais le jeu qui m’a le plus marqué par sa capacité à chambouler les soirées c’est THE ISLAND ! 

Lire la suite…

Avec THE ISLAND vous plongez dans un monde où la survie sera de mise : vous devrez faire échapper votre équipe de meeples d’une île qui disparait sous les eaux à l’aide de bateaux. Oui mais tout ne sera pas si simple. A chaque tour vous pourrez déplacer deux meeples de votre choix pour tenter de les ramener sauf sur le rivage mais la présence de requins, hydrophides et baleines pourraient bien menacer vos plans. Le requin mange les meeples, la baleine détruit les bateaux et l’hydrophide prend tout sur son passage. Et ces bestioles seront déplacées chacune à leur tour selon les dés dans la direction désirée par le joueur actif à la fin de chaque tour… de quoi semer la panique et renverser le game à toute allure. En plus de ça un morceau de l’ile disparaitra à chaque fin de tour d’un joueur… et libre à vous de supprimer un espace où se trouve un adversaire. Vous voyez un peu l’ambiance ? des alliances pourront se mettre en place pour s’entraider mais à tout moment la tendance peut s’inverser et vous vous retrouverez trahi au beau milieu de la mer suite à l’attaque d’une baleine envoyée par votre soit disant allié. Sympa non ? ahhaha

Toute la partie sera placée sous le signe du stress et de la tension maximale. Vous vous méfierez de tout le monde, et puis, parfois, pris par la détresse vous finirez par créer une alliance et prierez à chaque instant pour qu’elle ne se retourne pas contre vous. Mais…parole d’experte personne ne les respecte jamais ! Et c’est là que ça devient drôle et complètement dingue autour de la table. Je n’ai jamais connue une partie qui se vivait dans le silence ou la détente, tout le monde se regarde en chien de faience, ça couine, ça hurle… c’est vivant et délirant ! Et ça finit en carnage, souvenirs mémorables à la clé !!! Mauvais joueurs s’abstenir…haha

Je ne refuse jamais une partie de THE ISLAND mais je dois avouer que l’émotion est toujours vive rien qu’en regardant la boite ! #mauvaisejoueuse

Clique ici pour revenir en haut de la page 

 

 

Anthony

domination-ludigang

On a tous en mémoire nos jeunes années à jouer au Monopoly, avec nos règles à nous. Ce moment où ton frère passe par ton hôtel, qu’il n’a plus d’argent et que tu négocies sa dernière gare en échange. Le tout suivi par un retournement de plateau en bonne et due forme.

Mon côté joueur alpha serait tenté de citer un jeu coopératif mais je joue très peu à ce type de jeu. Ou alors seulement en solo. Quand un explorateur dans Sub Terra se la joue perso, qu’il se prend des pierres sur la tronche et que tu dois rebrousser chemin pour le sauver, ça peut créer quelques tensions. D’ailleurs, on l’avait prévenu.

 

Lire la suite…

Je pourrais aussi choisir un jeu d’ambiance avec beaucoup d’interaction entre les joueurs. Mais les parties sont rapides et les tensions retombent assez vite. Ma dernière expérience avec Candy Lab était plutôt marrante même si on s’est acharné sur moi.
Alors chez nous, c’est Carcassonne. J’aime ces tuiles qui ne me servent à rien si ce n’est qu’à pourrir la fortification d’un adversaire. J’aime ces fermiers qui squattent le champ des autres juste avant la fin de partie. J’aime aider mes adversaires à construire leur ville avec mon meeple compte double. J’aime créer un chemin juste au pied d’un mur, juste au cas où, on ne sait jamais. Mais le problème, c’est que ça ne plait pas à tout le monde. Et surtout pas à ma femme !

Retrouvez Anthony sur Instagram là

Clique ici pour revenir en haut de la page

 

 

 

Julien

domination-ludigang

Ce party-game est un jeu semi-coopératif, que je décrirais comme une saison de Koh-Lanta sans “colliers d’immunité” et sans “épreuves de confort”. Ici, point d’argent pour le/les vainqueur(s), mais une précieuse place sur une embarcation de fortune que vous aurez fabriqué au cours de la partie. Celle-ci vous ermettra de quitter l’île déserte sur laquelle votre bateau s’est malencontreusement échoué, avant que n’éclate une violente tempête… Mais pour cela il faudra d’abord survivre, et vous assurer que vous pourrez subvenir aux besoins de tous les naufragés qui auront pris place sur le radeau avec vous !

Lire la suite…

Galerapagos vous confrontera donc à un environnement hostile dans lequel trouver de la nourriture et récolter de l’eau ne sera pas chose aisée ! Il est évident que ce combat face à la nature et aux éléments alimentera toutes les discussions, les alliances, et donnera lieu à tous les coups bas. Car quoi de pire que des naufragés affamés suite à une mauvaise pêche? Ou même assoiffés par une météo capricieuse? Qui se montrera assez égoïste pour tirer son épingle du jeu en allant fouiller l’épave, au détriment de la survie de ses camarades? Qui sera assez héroïque pour dégoter l’objet miracle qui peut faire basculer la partie en faveur des naufragés? Et surtout, quelle sera la morale qui définira ces actes aux yeux de tous, et qui fera peut-être de vous le prochain à sacrifier en cas de pénurie? Sachez que vous devrez faire vos choix en âme et conscience et que vous serez jugez par la tribu à chaque instant. Des personnalités, le plus souvent surprenantes, se révéleront. Et c’est bien là tout le sel du jeu !

Il est devenu pour moi un incontournable en soirée ou lorsque nous sommes nombreux autour de la table. Les règles sont simples et s’expliques en quelques minutes seulement, le matériel intuitif et qualitatif – au service de l’immersion. Il conviendra parfaitement aux joueurs émérites en quête d’humour et de légèreté, tout comme aux non joueurs. Vous l’aurez compris, c’est un jeu extrêmement fun, qui ne sera toutefois que peu recommandable aux âmes sensibles et aux mauvais perdants ! Car ici plus de place pour l’amour ou l’amitié, mais seulement pour la trahison et la survie. Vous serez parfois contraint d’abattre froidement d’une balle dans le dos votre meilleur ami et cela dans le but de pouvoir manger, de faire partir le radeau, ou tout simplement pour le plaisir ! Vous serez très probablement trahis par votre propre femme, qui aura savamment orchestré un complot pour vous faire sacrifier par les votres – Oui, j’ai besoin d’en parler… Quoiqu’il arrive, vous n’êtes jamais à l’abris de rien ! Et vous ne sortirez pas indemne de cette expérience ludique terriblement drôle, à la difficulté assez bien dosée. En clair, on y revient régulièrement ! Quitte à perdre quelques amis… Mention spéciale pour l’extension, qui est une réelle valeur ajoutée à cet excellent jeu d’ambiance.

Clique ici pour revenir en haut de la page

 

Siegfried

dilemme-du-roi-ludigang

Quand on associe engueulades et jeu de société, on pense bien entendu spontanément aux titres compétitifs, ou aux jeux semi-coopératifs où la trahison est plus difficile encore à accepter, et j’ai vécu des moments mémorables sur Galèrapagos, City of Horror, King’s Dilemma ou sur l’exceptionnel Pax Pamir, où la gestion complexe des alliances fait que l’on ne sait parfois pas si l’adversaire à combattre en priorité s’est associé à une nation adverse, ou si au contraire c’est celui qui se trouve en ce moment dans notre camp, et travaille manifestement en notre faveur, mais pour mieux nous écraser à la fin de la partie en remportant toutes les majorités à coup d’assassinats et autres larcins.

Lire la suite…

Pourtant, ce sont les œuvres strictement coopératives qui créent ici le plus de tensions. L’explication en est toute simple : quand on lutte ensemble pour un but commun, on peut aisément se laisser aller à dicter le plan de bataille à ses alliés et à leur imputer chaque échec. Je songe alors notamment à mes parties de Kitchen Rush et Rush MD/Clinic Rush, qui en cela aussi émulaient très bien les sensations d’Overcooked. Il y a tant à faire pour préparer de bons plats ou sauver des patients, et dans un temps si court, qu’il est essentiel d’optimiser ses actions et rageant quand un allié se focalise sur des tâches secondaires (faire la vaisselle alors qu’on a déjà les assiettes nécessaires pour les plats de la manche), commet des maladresses (renverser un sablier en faisant perdre quelques secondes, voire dans Clinic Rush échouer l’une des opérations exigeant un peu d’adresse, générant autant de fun que de rage), ou n’est simplement pas en synergie avec le reste de l’équipe (en utilisant une infirmière ou un commis que l’on destinait à une autre tâche, ce qui l’exposera bien sûr à tous les reproches quand on échouera à atteindre l’objectif à quelques secondes près).

Avec de mauvais joueurs, une partie coopérative tendue à cause de la difficulté des conditions de victoire et de la pression du temps peut laisser d’assez mauvais souvenirs, là où l’agression ou la trahison dans une autre œuvre ludique peut être plus vite acceptée comme faisant tout de même partie du jeu. Après tout, quand on reproche à un autre de ne pas avoir fait ce qu’il fallait pour remporter la partie, c’est aussi souvent parce que l’on était resté braqué sur une seule manière de faire les choses, la nôtre, et à l’imposer à tous, on retire seulement toute saveur même aux victoires. Cependant, ce sont aussi ces jeux coopératifs qui peuvent le mieux accomplir la vocation socialisante du jeu… de société. Surmonter les difficultés du système mécanique et des egos dans un travail d’équipe où chacun parviendrait à apporter sa pierre est incomparable, et il n’y a rien de tel que de se lancer dans Kitchen Rush ou Clinic Rush avec les bons joueurs pour se rappeler pourquoi on aime tant le jeu de société, jusqu’à ne plus attacher tant d’importance que cela à la victoire ou à la défaite.

Retrouvez Siegfried sur son blog Vonguru ici

Clique ici pour revenir en haut de la page

 

 

Rudy

calledtoadventure

Alors, autant vous le dire tout de suite, on ne va pas rentrer dans de la grosse engueulade, celle qui te fait perdre des amis (à coup de pelle), celle qui te prend aux tripes et qui te fait arracher celles des autres. Mais il peut arriver par moment par moment qu’un désaccord ou un comportement entraîne, tout doucement, une fin de partie un peu houleuse (coefficient de marée, 105 environ). Le jeu qui m’a valu les plus belles engueulades, étrangement un jeu coop (quoique…), est Horreur à Arkham JCE. Imaginez la scène, la tension est à son comble, l’histoire avance, le jeu commence à se refermer sur vous, vous êtes bientôt cuits et là, sortie de nulle part, votre partenaire fait le choix le plus débile à faire (il faut savoir que ce joueur c’est moi …).

Lire la suite…

Forcément, accusation lancée autour de la table : « mais t’es sérieux pourquoi tu as fait ça ?! » suivie d’un « ne remet pas en cause ma façon de jouer, c’est la meilleure solution » etc … TOC, c’est le bruit de la petite boule de colère qui s’installe dans l’estomac. Dommage que pour un jeu coop, plus personnes n’a envie de commenter ses choix ou de parler, le jeu avance, un peu sans le duo de joueurs enfermés dans ce cauchemar Lovrecraftien. Ce n’est rien d’autre que du conflit que le jeu peut générer à la maison, rien de gravissime, une fois la boite fermée et deux/trois (quatre ou cinq ?) petits piques sur mes choix, même après la fin de partie, tout rentre dans l’ordre. Moi qui voulais me sacrifier durant la partie, ça partait d’un bon principe. Vous voulez savoir le pire dans tout ça ? C’est que ma femme a, au final, toujours raison !

Retrouvez Rudy sur Instagram là

Clique ici pour revenir en haut de la page

 

 

Driss

calledtoadventure

Sur le principe, Barracuda est une d’enchère comme on peut en trouver un certain nombre avec des négociations pour acheter des bars.

La subtilité réside dans le fait qu’il n’y a presque jamais de rentrée d’argent ! Nos bars nous coûtent un loyer mais ne nous rapportent jamais rien. Le seul moyen de gagner de l’argent est de vendre un de ceux-ci à un autre joueur. On part tous avec une certaine somme qui ne fera que diminuer au fil des tours. En plus nos réserves sont secrètes. On se fie à la taille du tas de billet du voisin mais impossible d’en connaître la valeur ! les billets ne sont pas recto-verso et ont une face neutre. Et nous possédons tous des faux-billets à valeur nulle.
La question est donc : quelle est la proportion de faux-billets chez chaque joueur ? Qui bluffe ?

Lire la suite…

Le jeu demande beaucoup d’observation du jeu des autres, de la témérité, oser attaquer, être prudent par moment, calculer quand il faut aider des joueurs, choisir le moment ou l’on souhaite grossir ou d’écraser les autres et essayer de ne pas insulter ceux qui se liguent contre toi, c’est ça le charme de ce jeu.

On peut rapidement se retrouver dans une position forte ou faible de négociation en fonction du déroulement du jeu et des ”encaisses“ de chacun.
Ca demande de jouer de ses propres forces (gros billets, mauvaise foi, bluff) mais aussi des faiblesses des autres joueurs (peu d’argent, obligation de revente).

Gagner peut-être un coup de génie ! On se retrouver dans une position de perdant et retourner la situation et gagner en un rien de temps. Penser avoir tout calculer et finalement se faire écraser d’un coup. C’est aussi jouissif que rageant comme situation. Il ne faut pas être rancunier si vous enchainez les parties, parce qu’on peut avoir qu’une envie c’est de se venger.

Je pense que c’est le jeu qui m’a value le plus d’énervements dans des soirées jeux. J’ai même à plusieurs reprises mis fin prématurément à des soirées. J’adore ce jeu mais il faut bien choisir ses compagnons de jeu. Des joueurs qui une fois que le jeu est terminé passent à autre chose parce qu’il peut mettre à mal des relations.

Retrouvez Rudy sur Instagram là

Clique ici pour revenir en haut de la page

Servane

calledtoadventure

Magic Maze est un jeu coopératif à communication limitée dans lequel il faudra aider des héros à récupérer des armes dans un centre commercial et en ressortir ensuite. L’originalité du jeu se retrouve dans les déplacements : chacun dispose d’une direction et peut contrôler tous les héros. Donc le sel du jeu réside essentiellement dans la coordination du groupe. Tout ça bien sûr en ajoutant une contrainte de temps pour bien mettre la pression. Magic Maze est pourtant un jeu que j’adore mais quand l’un des joueurs bloque sur ce qu’il doit faire, ça peut vite mal finir autour de la table ^^ Surtout quand on s’acharne en tapant devant lui avec le pion rouge, manière de lui dire gentiment de se bouger parce que c’est à lui de jouer ! Ce joueur étant souvent: ma personne 🙊 Je vous laisse imaginez le carnage à 8 joueurs. 😅

Clique ici pour revenir en haut de la page

 

Ne manquez pas mon actualité grâce à Facebook et découvrez des posts exclusifs sur Instagram !