CLEOPATRE – Jeu de société

Participez à la construction du palais de Cléopâtre en réunissant artisans et ressources… céderez vous à la corruption pour accélérer le chantier ou resterez vous imperméable à la tentation ?

MON AVIS SUR CLEOPATRE

%

Plaisir Ludique

Voici maintenant mon avis sur le jeu CLEOPATRE j’ai hâte de découvrir votre avis sur le jeu CLEOPATRE 

Cléopâtre m’a tapé dans l’oeil grâce à son sublime matériel et son duo d’auteurs talentueux : Bruno Cathala et Ludovic Maublanc. Je suis toujours curieuse des jeux sortis par Cathala et la réédition de ce titre m’intriguait énormément étant donné la qualité initiale de l’opus sous la direction de Days of wonder à l’époque. Alors, maintenant entre les mains des Lucky Duck Games, quel verdict ?

Verdict : La boite est juste super impressionante. Elle est énorme et affiche de superbes illustrations sur la face et les tranches. A première vue la réaction est juste WOW ! Puis vous ouvrez la boite et découvrez un matériel d’une qualité premium composé d’un palais 3D et de figurines accompagné de cartes à jouer et de tokens épais. Les détails sont propres, c’est vraiment magnifique et impressionant. On a qu’une seule envie : JOUER pour voir le palais évoluer. C’est le premier jeu dont on a eu hâte de terminer la partie avant de l’avoir commencé pour admirer le palais.

Côté règles de jeu, le livre est compréhensible mais je ne l’ai pas trouvé hyper bien conçu. Quoi qu’il en soit, le jeu est accessible donc vous saurez vous en sortir et les aides de jeu faciliteront les choses pendant la partie. La mise en place est simple et participe à l’entrée en immersion : on contemple les fondations du palais, les tuiles, les superbes figurines… la magie se met en place et nous transporte dans l’univers égyptien.

Malgré l’épaisseur de la boite qui peut laisser penser que le jeu sera expert et compliqué, il n’en est rien vous découvrirez un jeu accessible, familial sans être dépourvu de stratégie. A votre tour, deux actions possibles : récupérer des ressources ou bien contribuer à la construction du palais de Cléopatre, simplissime non ? Mais ce n’est pas tout, une action optionnelle est à votre portée : faire appel à l’un des adorateurs de Sobek vous permettant de bénéficier d’une action supplémentaire, de récupérer des cartes, de réduire le coût de construction… Bref de vous faire aider considérablement dans votre mission. Alors pourquoi s’en passer me direz vous ? Et bien parce que la corruption a un coût, qui pourrait bien vous faire valoir d’être jeté aux crocodiles à la fin de la partie si vous en abusez trop. Tout ne sera pas donc si facile, à chaque usage des adorateurs de Sobek vous perdrez des scarabées (vos points de victoire) ou récupérerez des amulettes qui feront perdre des points en fin de partie. Il s’agira alors de bien gérer vos ressources et saisir les bonnes opportunités pour optimiser au maximum vos tours de jeu, usant alors de la corruption comme un booster utile à une ascencion maitrisée.

Les premiers tours seront plutot dédiés à la récupération de ressources : tout le monde ira au marché s’approvisionner et anticipera alors ses premiers objectifs de construction. Ce sera plutôt tranquille, jusqu’à ce qu’un joueur aille à la carrière avec ses artisans pour ériger une première partie de l’édifice. Vous serez alors partagé entre admiration du matériel et ce sentiment de tension qui s’invitera dans la partie. Oui, vous réaliserez que ce voyage en Egypte ancienne ne sera pas si calme et dépaysant mais nécessitera du calcul et de l’anticipation pour arriver à vos fins. Pourquoi ? Et bien parce que maintenant qu’une pièce est posée vous devrez en tenir compte dans vos plans et ne plus rien construire au hasard. Pour chaque élément posé à côté d’un autre déjà présent vous remportez des points bonus, de quoi réévaluer sa stratégie à chaque nouveauté du palais. Il a posé deux sphynx alors que vous prévoyiez plutôt de commencer avec un mur ? il serait alors peut être plus pertinent de construire le troisième sphynx de la rangée pour engranger les points bonus grâce au deux premiers, puisque vous gagnerez alors 2 points supplémentaires comparé à votre plan initial.

C’est en cela que la tension sera forte autour de la table car vous serez pris dans une course à la construction avec vos adversaires. Vous établirez une stratégie en anticipant vos contributions à l’édifice mais serez parfois obligé de tout repenser pour saisir une opportunité plus intéressante au dernier moment. Il faudra faire preuve d’adaptation pour maximiser vos gains ou pour temporiser/accélérer la partie. En effet, à chaque fois qu’un type d’élément du palais sera épuisé Cléopatre avancera d’une case vers sa demeure. Quelle importance ? Si elle atteint l’ultime étape, la partie sera terminée. Cela signifie que la construction du fameux sphynx pourrait vous rapporter plus gros qu’un simple mur mais si ce dernier permet de terminer la partie et de priver votre adversaire d’un sanctuaire ou de points additionnels au prochain tour il sera peut être plus judicieux de clôturer le jeu.

Vous l’aurez compris dans Cléopâtre comme souvent dans les jeux de Cathala, vous serez en permanence confronté à des dilemmes.  Votre feuille de route initiale sera toujours remise en question face aux opportunités amenées par les adversaires. Et c’est ça qui est génial dans ce jeu. On est partagé entre un millions de questions : prendre de nouvelles ressources pour atteindre plus de 10 cartes en main pour évacuer des cartes corruption qui nous pénaliseront en fin de partie ou bien construire un nouvel élément pour rapporter des scarabées à notre pécul ? Construire cette seconde porte pour faire avancer cléopâtre et accélérer la fin de partie ou bien continuer les murs et prendre plus de points ? Construire un santuaire pour diminuer mes amulettes de corruption ou bien remporter 20 points en construisant ce que j’avais prévu ? Construire un morceau de palais ou récupérer plein de ressources… ou pourquoi pas les deux grâce à la corruption ?! A ce titre, vous ne jouerez jamais dans votre coin, vous vous observerez sans cesse pour choisir la meilleure option à jouer mais aussi évaluer l’état de la corruption chez vos adversaires. Vous devrez prendre garde à suivre la tendance pour ne pas vous retrouver avec 20 amulettes de plus qu’eux, vous garantissant alors un échec assuré. La tension sera alors assez vive entre les joueurs puisque chacun cherche à saisir les meilleures opportunités sans laisser pour autant un boulevard aux autres après son passage… ça va couiner et c’est ça qu’on aime !

Et c’est ce que j’ai adoré dans Cléopâtre : la mécanique est abordable et pourtant vous serez pris par le jeu du début à la fin. D’une part grâce au matériel incroyable avec ce palais qui se dresse sous vos yeux contemplatifs mais aussi via cette course à la meilleure opportunité pour gagner le max de scarabées. Oui c’est joli mais ne vous laissez pas berner par le côté wahou de la prodcution, la tension s’intensifiera à mesure que le palais grandira faisant tomber le masque d’un titre qui paraissait être une simple invitation à l’émerveillement.

 

Cléopâtre s’apprécie de 2 à 4 joueurs sans aucune configuration à bannir. J’ai aimé y jouer en duo : dans ce mode vous aurez beaucoup plus de contrôle sur le jeu de votre adversaire. A partir de 3 joueurs la tension sera plus forte vous aurez davantage de pression quant à la construction et au marché de ressources : vous jouerez moins d’où l’importance d’optimiser vos tours pour être efficace.

Dans Cléopâtre, les accro du contrôle totalement allergique au hasard risquent d’être frustrés par les choix adverses et le manque de maitrise sur les ressources à la rivière. Toutefois, la corruption est là pour vous aider à réaliser vos rêves architecturaux en proposant de réduire les coûts si vos ressources n’étaient pas les bonnes ou même insuffisantes. Cependant vous n’aurez jamais la main mise sur le jeu et ne maitrisez jamais les choix adverses auxquels vous devrez vous adapter sans cesse… Faites vos calculs, anticipez, mais soyez flexible, même dans la vraie vie il y a toujours des aléas dans les projets de construction !

En bref, Cléopâtre est un bon jeu de gestion où se mêlent plaisir visuel et tension dans cette course à la construction du palais royal. Pour ceux qui s’interrogent sur l’intérêt d’une si belle édition pour un jeu familial, je vous assure qu’étant donné les regards fascinés et admiratifs des joueurs autour de la table, le matériel participe à l’immersion et au plaisir de jeu. Cléopâtre a un petit côté magique que l’on ne trouvera nulle part ailleurs. Non le gros matériel n’est pas réservé aux jeux experts puisque l’on peut faire surchauffer les neurones sans avoir 10kg de plastique sur la table, Terraforming Mars nous l’a prouvé. Si vous avez toujours rêvé d’un détour en Egypte, que vous aimez les jeux accessibles et stratégiques, alors foncez Cléopâtre saura vous faire voyager et vous divertir avec brio.

Et vous quel est votre avis sur le jeu CLEOPATRE  ?Avez vous aimé votre avis sur le jeu CLEOPATRE ?

 

 

GOOD POINTS du jeu Cléopâtre

Matériel incroyable

Parties rapides et tendues

Gameplay fluide et stratégique

BAD ONES du jeu Cléopâtre

Livret de règles pas hyper bien foutu

Rangement long … la beauté du palais a un prix !

Prix du jeu peut être élevé pour une diffusion massive VS cible familiale ?


Fiche Technique

Crée par Bruno CATHALA et Ludovic MAUBLANC
Illustré par Miguel COIMBRA

Localisé par Lucky Duck Games

2 à 4 à partir de 10 ans

45 min

54€

Ne manquez pas mon actualité grâce à Facebook et découvrez des posts exclusifs sur Instagram !

Pour ne rien manquer de l'actu ludique inscris toi à la newsletter !

Merci de ta participation !